AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Evana / This is just like an eternal game ! terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evana C. Winston

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2009

Un peu Plus sur Moi
Links &.& Other:
Puissance Magique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Evana / This is just like an eternal game ! terminée   Lun 12 Jan - 2:30

« Je jure solennellement ... »





« ... De ne dire que la vérité, me concernant. »





« nom & prénoms »
Evana Callera Winston. Un nom qui vous est sans doute inconnu ; la jeune femme est de nature plutôt discrète. Pourtant, les Winston sont une très grande famille aristocratique ayant vécu au... XIXe siècle. Ca remonte donc à quelques années, mais Evana est aujourd'hui l'unique descendante des Winston, et Dieu sait que c'est logique : elle est immortelle, et a donc vu mourir tous ceux qui étaient les siens. Blessée en premier lieu par la perte de tant d'êtres chers, elle changea de nom au profit de Carlyle ; mais avec les années qui passèrent, elle réalisa qu'elle serait fière de porter son nom, et revint donc à Winston.
Le prénom Evana lui vient de son arrière Grand-Mère, une femme autrefois très droite qu'elle détestait, et qu'elle ne voyait presque pas. Habituée des grands salons riches, elle était très snob et ne supportait aucune différence.
Son deuxième prénom, Callera, est un nom d'emprunt. Elle le porte en hommage à l'humaine qu'elle a tué, alors qu'elle venait tout juste d'être transformée en vampire. C'est une sorte d'hommage morbide, car quelques jours après l'avoir tué, Evana apprit que la femme était mère d'une famille de deux enfants. L'instinct maternel étant plus fort que celui de survie, elle en vint rapidemment à regretter son geste. C'est sans doute depuis cet acte qu'elle s'est renfermée sur elle même, c'est à dire en fait, depuis le tout début de sa vie de vampire.
« âge & année à poudlard »
Bien que figée dans ses 18 ans, Evana est quand même beaucoup plus vieille que ça, puisqu'immortelle. Elle va donc sur ses 150 années ; mais évidemment elle ne les fait pas, restant à jamais dans sa beauté de jeunesse. L'idée lui plait pas mal, même s'il fut un temps ou elle aurait préféré vieillir. En arrivant à Poudlard, Evana a rejoint les rangs des Septièmes Années, et suit leur cours avec beaucoup d'attention, même si elle n'ignore pas que tous les élèves ne sont pas favorables à la présence de créatures non humaines au sein du château. En réalité, l'avis des autres n'a jamais été très important pour elle...
« nationalité »
Evana vient d'Angleterre, où vivait sa famille de son vivant. Elle n'a donc pas quitté sa terre natale, trop attachée à ses racines perdues. Avec la disparition de tant de membres de sa famille, elle a toujours un peu courru après le réconfort qu'elle voulait trouver ; et celui ci ne résidait finalement qu'en ses terres natales, l'Angleterre, ou plus généralement la Grande Bretagne, était donné que les Winston se sont un peu promenés au cours de leur vie.
« date & lieu de naissance »
Evana est née le 14 février 1858 à Bradburry, en Angleterre. née dans des draps en soie, elle a été élevée au sein d'une famille riche. A son époque, bien sur, être née le 14 février ne signifiait rien, et ça n'est pas plus le cas aujourd'hui, à ses yeux.
« orientation sexuelle »
Evana ne s'est jamais réellement posée la question ; mais elle n'a fréquenté que des hommes. Ce qui veut sans doute dire qu'elle est hétérosexuelle. Mais ça fait un certain temps que personne n'a occupé les pensées de la jeune femme, en réalité.
« parents & sang »
Les parents d'Evana n'étaient pas sorciers, et n'avaient donc aucune faculté particulière. Evana a hérité ses pouvoirs d'on ne sait où ; et ses facultés de vampire ajoutées lui donnent une force toute particulière.
« race »
Evana est un vampire. Et si vous avez du mal à vous faire à cette idée, vous n'avez qu'à fuir ; elle a l'habitude qu'on la craigne, de toute façon.
« maison désirée »
Peu importe.

« ... De dire qui je suis, en dehors du RPG & Cie. »




Mon Avatar : Kate Beckinsale.
Mon Pseudo : Lovely.
Comment je trouve le Forum : Magnifique <3 Coup de coeur, et si j'avais du temps, j'aurais fini ma fiche beaucoup plus vite, mais je suis en période d'examens, donc...
Comment ai-je connu le Forum : Par Pub-Rpg-Design.
Ce que je peux dire, pour L'améliorer : Rien ne me vient à l'esprit.
Ma Présence sur le Forum, par Fourchette de 7 : En temps normal, 7/7, en ce moment, un peu moins pour cause d'examens.


Dernière édition par Evana C. Winston le Mer 14 Jan - 17:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evana C. Winston

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2009

Un peu Plus sur Moi
Links &.& Other:
Puissance Magique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Evana / This is just like an eternal game ! terminée   Lun 12 Jan - 2:31



    « Lâche ma main, immédiatement ! »
    « Qui crois-tu que tu es, pour m’ordonner pareille stupidité ? »
    Dernier soupire, dernière tentative désespérée d’invasion. Mais il n’y avait rien à faire, son bras froid comme la glace restait agrippé au mien, tandis qu’il me dépassait d’au moins vingt centimètres, l’air menaçant, terriblement agacé. Il avait les yeux d’un noir vivant, aux reflets rouges chatoyants. Ses dents blanches brillaient dans la nuit, presque comme pour une publicité de dentifrice.
    Mon cœur accéléra sa course dans ma poitrine, et au même moment, sa prise se durcit un peu plus sur mon bras ;
    « Si j’étais toi, j’arrêterais ça tout de suite. »
    Je ne voyais pas de quoi il voulait parler. Une fois de plus, je tentai de me débattre – en vain, toujours.
    « T-t-t. Reste là. Tu ne risques rien, pour le moment. »
    Pour le moment ? Ses paroles ne me réconfortèrent pas, bien au contraire. Il me redressa brutalement, comme si je n’étais qu’un tas de chiffon, et sa main lâcha mon bras dans un rictus amusé. Je reculai de trois pas en arrière, mais sa peau rencontra de nouveau mon corps – mes hanches, cette fois ci. Ses deux mains en étaient posées de chaque côté, et j’avais la ferme impression qu’une légère pression aurait suffit à me briser.
    « Tu ne vas nulle pas sans moi, ce soir. »
    Sur ces mots, il me poussa légèrement en avant, et me fit m’enfoncer dans la petite ruelle sombre. Il semblait voir le décor alentours – nous n’avions rien heurté. En revanche, mes yeux ne s’accoutumaient pas à l’obscurité de plus en plus épaisse qui nous entourait – bien au contraire.
    Ma robe, trop longue, m’empêchait de marcher convenablement, et un pas sur deux, je manquais de tomber, m’étalant de tout mon long, mais sa poigne de fer sur mes hanches me rattrapait avec sévérité. Je sentais le froid m’engourdir les jambes et les bras, et l’angoisse comprimait ma poitrine, menaçant de la faire exploser à tout instant. Je pensais à ma chère mère, qui voulait que je rentre tôt, et qui devait déjà s’inquiéter. Pas réellement pour moi, elle ne s’était jamais réellement occupée de moi, mais surtout pour l’image que porterait mon retard à sa famille – elle avait des invités, ce soir là. Il fallait qu’ils me voient, il fallait qu’elle me choisisse un mari, une vie.
    L’homme ne semblait pas s’inquiéter de ce genre de détails, et pendant une longue attente, je regrettais de ne pas avoir ma baguette. Aurais-je pu me tirer de cette situation, si elle avait été cachée dans les pans de ma robe ?
    Au bout de quelques minutes, qui me semblèrent des heures, les mains bloquèrent ma marche.
    « Ici, ça sera parfait. »
    « Je ne vois rien. »
    Il ricanna légèrement, et me poussa vers l’arrière. Mes épaules nues heurtèrent les briques dures de ce que je supposais être un mur – sans certitude, cependant. J’aurais pu avoir les yeux bandés, je n’aurais pas vu plus clair à ce que se trouvait autour de moi. J’essayais de tendre la main, mais ne rencontrait que le corps, dur comme du marbre, de mon agresseur. Mon angoisse grimpa de plus belle tandis que je le sentis se rapprocher doucement. Son souffle, glacial lui aussi, arriva bientôt jusqu’à mon visage, et ma respiration s’accéléra.
    Il posa une de ses mains glacées sur ma poitrine, et m’ordonna, d’un ton sec, de me calmer.
    « Ca n’en sera que plus difficile, si ton sang circule à vive allure. Je ne pourrais m’arrêter. Tiens toi calme. »
    Je ne comprenais pas un mot à ce qu’il disait, mais la certitude qu’il n’était pas humain grimpait en moi à la vitesse de l’éclair. Sa main força un peu, et je tentai de ralentir mon rythme respiratoire, en ouvrant la bouche, avalant de grande bouffées d’air glacé.
    Je ne savais pas exactement à quelle distance il se trouvait, désormais. Sans doute très près. Sa main remonta légèrement, jusqu’à une de mes épaules, puis mon cou. Je me demandai alors si son but était de m’étrangler, mais sa prise ne se resserra pas.
    Alors que mon angoisse atteignait son maximum je sentis ses deux lèvres, encore plus glacées que le reste de son corps, se poser sur mon cou. Je tremblais de tout mon corps, quand j’entendis un bruit sourd. Une seconde plus tard, je ressentis une atroce douleur, à l’endroit même où il avait posé ses lèvres.
    Je ne pus retenir un cri, avant de m’effondrer sur le sol trempé, ma pensée focalisée sur la douleur.
    Et je sombrai.


    ****



    Lorsque je me réveillai, une couche épaisse de nuages couvrait le ciel. J’étais toujours allongées, contre un mur de briques – j’avais vu juste. Ma robe, qui avait été blanche, était couverte de boue et mes cheveux s’emmêlaient sur ma nuque. Je voyais clair – mais particulièrement bien, surtout. Les détails du sol m’apparaissaient clairement, et le peu de lumière, cachée par les nuages, qui filtrait, me laissait largement voir ce qui se passait autour de moi.
    Etonnée de ne pas être morte, je tentais de me lever, doucement, sans succès. J’étais trop engourdie. Par reflexe, je portais une main à mon cou, intact. Il faisait chaud, beaucoup plus chaud que la veille.
    Au bout de quelques respirations, je retentai de me lever, et cette fois, me dressai sur mes jambes sans difficulté. Une étrange odeur de souffre se dégageait des alentours, une odeur forte. J’étais effectivement dans une impasse, incapable de comprendre ce qu’il m’était arrivée, mais trop heureuse d’être en vie pour me plaindre. Je mettais sur le compte du choc ma vision exceptionnelle des choses et la force des odeurs autour de moi.
    Pressée de me changer et de retrouver ma maison, je me dirigeai vers le bout de l’impasse, pour retrouver du monde.
    Au moment précis où mes yeux se posèrent sur la première personne de la rue, un désir, plus fort que tous ceux que je n’avais jamais ressentis, monta en moins.
    L’odeur du sang de cette femme sentait trop bon. J’avais terriblement faim. Il fallait que je la mange, que je la tue, que mes dents rencontrent sa peau, et que son sang exquis coule le long de ma gorge.
    Tout se fit très rapidement ; je ne me distinguai pas moi-même. Je courus vers la fille, attrapai son poignet et me renfonçait dans l‘impasse. Personne n’avait rien vu : tout ça c’était passé beaucoup trop rapidement.
    Sans m’encombrer des présentations, et sans laisser à la femme le temps de crier, je plantais mes dents dans son cou, là où mon bourreau l’avait fait, précédemment. J’entendis un déchirement de sa peau, et aspirait. Le sang arriva à moi rapidement, en litre, giclant au passage. La fille convulsait, le visage détruit par la douleur, mais elle tomba rapidement inconsciente, puis morte.
    Rien ne m’arrêtait, tant le gout de son sang était bon, au contact de mes lèvres.
    Lorsque mon aspiration ne récolta plus rien, je repoussai le corps blanc de la pauvre femme, dégoutée par moi-même, mais rassasiée et ravie de ce gout exquis.
    C’est alors qu’une poigne de fer m’attrapa le bras.

    ****

    Voilà comment j’étais devenue un vampire ; une simple histoire d’agression, de « mauvais endroit au mauvais moment ». La seconde poigne qui m’avait attrapée, après le meurtre de Callera, était un vampire, comme moi, nommé Dimitri. Dimitri m’expliqua qu’un vampire nommée Alec, qui rodait dans les parages depuis quelques jours, m’avaient mordue, dans le but de créer de nouveaux vampires. Il m’avait ensuite laissée dans l’impasse, et j’étais restée inconsciente pendant plus de trois jours, ce qui, compte tenu de la douleur que j’aurais ressentie si j’avais été consciente, était une grande chance.
    Dès lors, je réagirais au quart de tour à la moindre odeur de sang humain. Dimitri me confia qu’il serait mieux pour moi que je me nourrisse d’animaux, tant les meurtres humains pouvaient causer de peine – c’est alors qu’il me présenta les deux enfants de Callera.
    Il me raconta toutes les capacités que j’avais acquises – l’immortalité, la beauté, la rapidité. Je ne devrais jamais retourner chez moi : j’étais morte, pour les Winston, il s’était chargé lui-même de l’annoncer.
    Je devrais me conduire en vampire parfaite, être exemplaire si je voulais éviter les ennuies.

    Je n’avais pas tardé à quitter Dimitri, une fois mon enseignement terminé. Il m’avait appris à me contrôler, et je lui serais éternellement reconnaissante pour ça.

    J’avais trouvé des gens de ma race, mais ils ne m’intéressaient pas vraiment. Trop cruels pour la plus part, trop résignés pour d’autre, les vampires me semblaient dénués d’intérêt, trop fades pour qu’on leur accorde du temps.

    Cependant, j’avais fini par me faire à l’idée d’appartenir à leur race. Si je ne fus jamais très joviale ou accueillante, je fis des efforts pour me mêler à eux, répugnant cependant ceux qui mangeaient les hommes, sachant cependant qu’il serait trop dur de résister si un sang, aussi bon que celui de Callera, se présentait à moi.

    C’est par un groupe de vampires du Sud que j’appris leur intention d’envahir Poudlard. Même si dans l’absolu, l’idée me semblait mauvaise, la volonté de trouver cette école pour y apprendre la magie me força à me joindre à eux. C’était simple de suivre les cours, et plutôt simples de vivre entre tant d’humains, même si on ne pouvait pas en dire autant des lycans.

    Poudlard est devenu pour moi un espoir infini. Même si les humains se méfient de nous, et même s'ils ont raison, si la majorité des vampires veulent les tuer et s'en nourir, je sais que c’est un moyen de prouver que les vampires ne sont pas tous des tueurs – et même s’il faut pour cela user de force.
    Je suis un vampire, et je suis prête.





Dernière édition par Evana C. Winston le Mer 14 Jan - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evana C. Winston

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 12/01/2009

Un peu Plus sur Moi
Links &.& Other:
Puissance Magique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Evana / This is just like an eternal game ! terminée   Mer 14 Jan - 17:48

[J'ai fait un modèle de fiche RP, étant donné qu'il est précisé dans la présentation que les parties ne sont pas obligatoires. Si ça ne convient pas, je changerai, évidemment, sans discuter !]

J'ai terminé, donc. Si, du moins, cela vous convient, tant au niveau qualité que quantité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique
je sais tout .
avatar

Nombre de messages : 29
Age : 107
Nationnalité : Objet Magique.
Groupe : Personnel.
Patronus : Aucun
Date d'inscription : 01/01/2009

Un peu Plus sur Moi
Links &.& Other:
Puissance Magique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Evana / This is just like an eternal game ! terminée   Jeu 15 Jan - 20:42

Bienvenue à Hogwarts, Evana C. Winston,


    Hmm.. Nous avons donc affaire à un vampire, qui n'avait pas de parents sorciers, mais qui a hérité de pouvoirs. Je ne peux choisir ta maison, simplement t'envoyer dans celle des Vampires.



Bienvenue, félicitation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evana / This is just like an eternal game ! terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evana / This is just like an eternal game ! terminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Lying Game
» [Août 2012] Glossybox "Eternal Sunshine"
» Game of Thrones
» EPOXIA ORAGIS, projet jeu de combat Game Maker
» Développez du iOS grâce à Game Maker Studio! (c'est pas gagné...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts - L'Armoire Ensorcelée :: ADVANCE YOUR CHARACTER. :: Register. :: Membres Validés.-
Sauter vers: